Lettre ouverte à des êtres fermés !

Si ce qui suit vous sied, diffusez ce courrier, envoyez-le à vos élus…

LETTRE OUVERTE Monsieur le Premier Ministre, Madame La Ministre de la Santé, En raison des éléments contradictoires qui circulent à travers le pays au sujet de la pandémie supposée du virus de la grippe A H1N1, nous vous demandons instamment de bien vouloir répondre d’urgence aux questions légitimes que se posent les citoyens. 1/ Pourquoi fabriquer un vaccin sachant que le virus aura muté au moment où il sera mis sur le marché ? Que pensez-vous en effet, de cette déclaration du Pr Antoine Flahaut, épidémiologiste, directeur de l’école des hautes études en Santé publique (EHESP) ? « Le vaccin n’est pas très efficace, le virus mute sans arrêt, et des réservoirs animaux multiples ne permettent pas d’espérer un jour une éradication. […]Les modèles mathématiques peuvent contribuer à piloter une politique vaccinale, mais ne peuvent pas la justifier, encore moins la définir. Il faut avant tout des essais cliniques grandeur nature, des tests, une expérience concernant la stratégie envisagée. Or nous ne disposons de rien de tout cela. […]La décision de vacciner toute une population ne peut pas être uniquement politique. Elle ne peut pas reposer sur une réunion des ministres de la santé d’Europe ou d’ailleurs. Elle doit clairement s’appuyer sur des résultats d’études conduites en population et publiées dans de grandes revues soumises à la critique des scientifiques. Nous ne disposons pas de ces travaux aujourd’hui. Nous ne disposons pas d’une seule étude probante – à ma connaissance – sur l’efficacité du vaccin utilisé comme barrière épidémique. Nous ne disposons pas d’études sur la sécurité d’utilisation du vaccin – ni du vaccin pandémique ce qui est normal, ni des vaccins saisonniers – en cas d’utilisation dans de larges segments de la population jeune (à part une ancienne étude réalisée au Japon, et peu détaillée). Nous ne disposons pas d’études sur l’acceptation sociale d’une telle stratégie. » 2/ Pourquoi continuer à propager la peur chez nos concitoyens alors que M. Robert Debré, Professeur de Médecine et Député déclarait le 26 juillet 2009 dans le Journal du Dimanche ? « La grippe A (H1N1) n’est pas dangereuse. On s’est rendu compte qu’elle était peut-être même moins dangereuse que la grippe saisonnière. Alors maintenant, il faut siffler la fin de la partie ! » « Tout ce que nous faisons ne sert qu’à nous faire peur.[…] Oui cette grippe fuse très vite. Et après ? Un malade en contamine deux ou trois, contre un pour une grippe classique. Mais cela reste une « gripette », ce n’est ni Ebola, ni Marburg. » « Sans le dire, les pouvoirs publics ont déjà commencé à réduire la voilure. Les malades, dont on ne vérifie d’ailleurs plus s’ils ont attrapé le H1N1 ou un simple rhume de cerveau, sont désormais invités à prendre du paracétamol. » […] Les gouvernements « n’ avaient pas vraiment d’autre choix que de suivre » après que l’OMS eut, « de façon un peu rapide, commencé à gesticuler, avec des communiqués quotidiens et des conférences de presse à répétition. » Il leur « reproche d’avoir succombé à une surmédiatisation politique de cet évènement.[ …] Il y a 800 cas en France. C’est une plaisanterie ! Va-t-on se mettre à comptabiliser les diarrhées ? » « On aurait dû annoncer clairement la couleur : nous sommes dans le cadre d’un exercice grandeur nature. Point à la ligne. Il est inutile d’affoler les populations sauf à vouloir leur marteler, à des fins politiques, le message suivant : bonnes gens dormez sans crainte, nous veillons sur vous » « Bien sûr, ce virus peut muter et devenir virulent. Pour l’instant ce n’est pas l’avis exprimé par la majorité des virologues… Admettons que le pire se produise. Est-on certain que les vaccins commandés seront efficaces ? Non » tranche Bernard Debré qui qualifie d’ « erreur économique » le fait d’avoir commandé tous ces millions de doses fermes de vaccins. 3/ Pourquoi ne pas émettre des réserves sur la question des adjuvants et conservateurs des vaccins tels que squalène, mercure, aluminium, formaldéhyde, dont la toxicité a été reconnue par différentes études, ainsi que d’autres adjuvants comme : La bêta-propiolactone: La Commission de la Santé et de la Sécurité du Travail du Québec indique dans son Répertoire toxicologique au sujet de cette substance les propriétés pathologiques suivantes : Effet irritant et corrosif, différents effets aigus mais également effet cancérogène possible chez l’homme et certain chez l’animal et possible effet mutagène chez l’homme. Cet organisme se base notamment sur les rapports du CIRC, dépendant de l’OMS… Le polysorbate 80 : N’est pas destiné à être injecté peut-on lire sur ce rapport de sécurité d’un fabricant de cette substance : L’ éther de polyéthylèneglycol et d’octylphénol = « octoxynol 9 » (aussi connu sous le nom de « Triton X-100 » utilisé dans les vaccins contre la grippe saisonnière Fluzone et Vaxigrip de Sanofi Pasteur MSD) : D’autres substances pouvant présenter un risque d’allergie grave et pouvant se retrouver dans ces vaccins : ovalbumine ( pour les vaccins produits à base d’œufs, la règle pour les vaccins contre la grippe saisonnière) antibiotiques présents à l’état de traces (gentamycine, néomycine, polymyxine B, etc) 4/ Que répondez-vous aux déclarations suivantes ? « Il n’y a pas de raison de croire que le vaccin de l’influenza (grippe) soit capable de prévenir ou de diminuer la maladie. Ceux qui fabriquent ce vaccin savent qu’il ne sert à rien mais ils continuent à le vendre tout de même. » Dr . Anthony Morris (Anciennement chef du Contrôle des vaccins, gouvernement des Etats-Unis) « Nous avons des bases de données qu’on appelle Cochrane qui sont le nec plus ultra de l’évaluation de l’efficacité. Récemment, un certain nombre de revues ont été publiées sur ce fameux vaccin contre la grippe… Il y a véritablement extrêmement peu de preuves d’une efficacité du vaccin contre la grippe et pour ne point parler des questions de toxicité, je suis désolé ! Les vaccins, ce n’est pas du sucre en poudre, ce sont des médicaments comme les autres. Quand vous vous faites vacciner contre la grippe, on vous administre un médicament à part entière dont je vous dis jusqu’à preuve du contraire que l’efficacité est loin d’être démontrée et dont la toxicité reste une problématique qu’on devrait considérer à part entière et on ne le fait pas ! » Dr Marc Girard, médecin, statisticien, expert en pharmacovigilance et en pharmacoépidémiologie, ancien expert près la Cour d’Appel de Versailles, lors de l’émission C’est dans l’Air « Le virus qui affolait la planète » du 4 mai 2009 sur France 5. « Protéger la population mondiale contre une chose aussi inoffensive qu’un rhume? C’est de la folie! » Dr Thomas Jefferson, épidémiologiste qui après avoir compilé quarante ans de recherches, conclut que les vaccins antigrippaux sont d’une efficacité très limitée. Au sujet de la vaccination contre la grippe saisonnière, la virologue belge Dr Lise Thiry déclare le 25/02/1996 sur le plateau de l’émission Controverse (RTL-TVI) : « Il serait tout à fait fou, je crois, d’aller vacciner la population entière. » « Aucune intervention humaine n’a jamais permis jusqu’ici de stopper une pandémie une fois qu’elle s’est déclenchée. » Dr Margaret Chan, actuelle directrice de l’OMS dans le guide de l’OMS à l’intention des journalistes (en 2005) Mme Chan a annoncé en date du 11 juin 2009 : « La pandémie de grippe A(H1N1) a maintenant commencé. » 5/ Pourriez-vous, au regard de ces déclarations (qui ne représentent qu’une infime partie de celles qui ont été publiées dans ce sens) nous justifier la décision de vos experts de suivre les recommandations de l’OMS ou de l’Europe en matière de « groupes à risques », à savoir les femmes enceintes, les professionnels de santé, les malades chroniques, les enfants etc… Ces groupes ne vont-ils pas in fine servir de cobayes ? 6° / Si une bonne partie de la population française refuse de se faire vacciner, allez-vous l’obliger à le faire pour justifier le coût occasionné par l’achat de tant de doses de vaccins ? En effet, 96 millions de doses plus 45 millions réservées ! 7°/ Sachant que les procédures d’autorisation de mise sur le marché vont être accélérées et qu’il ne sera pas non plus possible d’évaluer les éventuels effets secondaires des produits injectés, comment pouvez-vous prendre le risque de vacciner la population sans vous être assurés de la non toxicité de ce médicament ? 8°/ Comptez-vous vous baser sur les seules affirmations des laboratoires lorsque l’on sait qu’ils sont tenus à d’importants résultats financiers ? 9°/ Nous vous demandons d’informer la population de la composition exacte du vaccin afin que chacun puisse faire un choix en toute connaissance de cause. 10°/ Avez-vous l’intention de prévoir des procédures pénales en cas d’intoxication par le vaccin ? Nous vous rappelons, sur ce point, l’épisode de la vaccination massive de 46 millions d’Américains contre la grippe porcine en 1976, pour une pandémie qui n’a jamais eu lieu : celle-ci a généré 500 cas de paralysies de type Guillain-Barré et des milliers de plaintes introduites pour dommages à la santé. Ce n’est sans doute pas pour rien si ces milliers de victimes ont réclamé jusqu’à de 3,5 milliards de dollars à l’état en dédommagement du préjudice subi. 11/ Connaissez-vous ou ignorez-vous les chiffres et statistiques officiels suivants ? A la date du 10 Septembre 2009, le nombre des décès dans le monde est de 3510, ce qui représente un taux de mortalité (par rapport au nombre de cas avérés) de 0,872%. Notez que les victimes souffraient déjà de pathologies graves. En comparaison, chaque année, la grippe saisonnière ordinaire tue entre 250 000 et 500 000 personnes, soit plus de 1000 morts par jour (chiffres officiel de l’OMS). En cinq mois la nouvelle « grippette » n’a fait que 3000 morts. Dans le même laps de temps la grippe ordinaire en aurait fait 200 000! 4443 personnes ont trouvé la mort en 2008, à la suite d’un accident de la route dans la seule France métropolitaine, soit en moyenne 12 par jour. Si le virus ne mute pas vers une forme plus active, ce qui semble maintenant le scénario le plus probable, 8,3 millions de personnes mourront sur Terre des séquelles de cette étrange pandémie. Soit 0,122% de la population mondiale. Ceci en tenant compte du dernier taux d’attaque de 14% enregistré en Nouvelle Calédonie. A titre comparatif 13 millions de personnes meurent chaque année dans le monde de diarrhées, malaria, rougeole, pneumonie et infirmités. 35 600 par jour. Plus d’un mort toutes les 3 secondes! Dans le même temps, 7,3 millions sont victimes de famine (75% sont des enfants!) Plus de 20 000 par jour. Un mort toutes les 4 secondes! Tout confondu : 20,5 millions de morts par an. 56 164 par jour. Deux morts toutes les 3 secondes! Pourquoi donc sauver ces 8,3 millions de personnes, qui risquent de mourir des effets secondaires de la grippe A, et pas les 20,5 millions d’autres qui meurent de faim et de maladies courantes? En raison des précédents tels que l’accident de Tchernobyl, l’affaire du sang contaminé, l’intoxication par l’Amiante, pour ne citer qu’eux, nous comprenons votre vigilance, mais, en tant que citoyens responsables, nous vous demandons de clarifier de toute urgence une situation que nous ne pouvons tolérer. Recevez, Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre de la Santé, l’expression de notre profond respect. source: Le site SOS-planète, base vivante mise à jour continuellement .

Publicités

Une Réponse to “Lettre ouverte à des êtres fermés !”

  1. Haha I’m honestly the only reply to this awesome article?!?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :